La loi Hamon vue par les Français

La loi Hamon relative à la consommation était un projet de loi visant au renforcement des droits des consommateurs en France. Son adoption par le sénat en 2014 permit, entre autres, de faciliter les démarches de résiliation des contrats d’assurance. Sa popularité découle directement de cette propriété de simplification sur le plan administratif, dont tous les clients des compagnies d’assurance française peuvent aisément profiter. À tout moment, sous réserve de quelques conditions, les signataires de ces types de contrats ont le droit de rompre leurs engagements. Ainsi, les bénéficiaires de cette loi ont la possibilité de changer sans difficulté d’assureurs.

L’arrivée de la loi Hamon, une liberté pour les français

Souscrire une assurance est aisé, il suffit pour cela de choisir une société offrant lesdits services et de s’y inscrire, ou même de faire quelques démarches sur les plateformes virtuelles. A contrario, rompre ces contrats pour pouvoir changer de compagnie est une tâche beaucoup plus ardue, presque exténuante. Pour ainsi dire, il faut beaucoup de patience et de motivation pour ce faire. Et ce, même si les termes du contrat ne conviennent plus aux assurés (des garanties obsolètes, des prix moins attractifs…). Entre toute la paperasse à fournir ainsi qu’un excellent motif d’annulation, peu arrivent à leur fin lorsqu’il est question de la résiliation des engagements d’assurance.
Il existe toutefois des lois ou projets de loi destinés à améliorer les services fournis à la population. De ces innombrables lois, il y a la loi Chatel et sa jumelle, dont il sera question : la loi Hamon.
La loi Hamon relative à la consommation ou la loi Consommation datant du 17 mars 2014 a été adoptée à l’époque par le sénat pour renforcer les droits des consommateurs. Grâce à ces nombreux décrets, la résiliation des contrats liés aux services de l’assurance est plus commode et surtout accessible à tous.
Ce changement est des plus conséquents, surtout pour un marché comme celui de la consommation d’assurance, un domaine qui s’inscrit dans une perpétuelle évolution.
En effet, les chiffres des dernières années montrent une grande expansion du marché de l’assurance en France. Il n’y a qu’à voir les recensements relatifs au marché de l’assurance automobile : au moins 42,562 millions de véhicules en 2018 soit une hausse de 0,9% sur le bilan précédent. Ou encore lorsqu’il est question de l’assurance vie où les cotisations prélevées par les sociétés dépassent les 11 milliards d’euros. Des bilans financiers démontrant l’importance de tout ce capital sur la population.
De tels chiffres illustrent la position, de plus en plus grande, occupée par le domaine des assurances en France. Ainsi qu’une place majeure dans le quotidien des Français, dont au moins 97% en 2019 sont assurés, des données rapportées par la société d’études statistiques YouGov.
En conséquence, la sphère d’action de la loi Hamon, spécialement rattachée aux domaines des assurances, concerne donc la majeure partie du peuple français. Étant donné qu’elle agit massivement dans leur quotidien en tant que facilitateur.
Son adoption a été salutaire pour les signataires des contrats d’assurance, dont les termes deviennent de moins en moins avantageux pour les parties prenantes. Avec une utilisation légale et efficace, la loi Consommation est donc d’une grande aide à ses destinataires et bénéficiaires en tout genre.

Des changements approuvés par les français

Cette nette amélioration administrative a la cote envers les clients des compagnies d’assurance. Selon les chiffres donnés par une étude d’Omnibus TNS-Sofres, environ 62% des enquêtés affirment connaître la présente loi relative à la consommation ; contre seulement un total de 22% pour ceux qui peuvent en exposer les caractéristiques de fonctionnement ; d’autres études affirment même une tendance à l’incompréhension dans l’utilisation effective de cette loi dans les démarches à suivre pour l’appliquer. Cependant, dans les grandes lignes les assurés y voient une évolution d’ordre positive pour le domaine des assurances.
C’est un point de vue incontestable, la loi Hamon est une amélioration du marché de l’assurance. Et ce même pour les compagnies touchées par ces nouvelles mesures. En outre, la facilité de résiliation desdits contrats étant également un moyen d’inciter ces entreprises à perfectionner leur mode d’action. Par la suite, ces nouvelles dispositions permettront à offrir à leurs clients des offres et services toujours plus irréprochables. Cette stratégie de fidélisation sera leur seule arme pour survivre dans cet environnement hostile avec un marché des plus vorace.
Dans cette vision des choses, les assureurs n’auront pas à craindre ces nouvelles tendances sur les résiliations de contrat (tel qu’une forte hausse). Étant donné qu’une simplification de démarche administrative n’est en rien un encouragement à changer distraitement d’assureur. Sans nul doute, il faudrait un motif légitime pour vouloir changer de compagnie d’assurance.
Les chiffres, des études statistiques effectuées ainsi que des bilans de post-adoption de la loi Consommation, en attestent. Celle de janvier 2015 intitulé : « les Français et les nouvelles exigences de consommation d’assurance » rapporte un total de 32% de résiliation de contrat.
Ces chiffres sont unanimes, les assurés ne changent pas de compagnie d’assurance sur un coup de tête. C’est avec beaucoup de réflexion et de considération qu’ils choisissent de souscrire ou bien de rompre un contrat d’assurance. Bien évidemment, il y eut une hausse incontestable, néanmoins elle n’est en rien exponentielle.
Le domaine de l’assurance est un enjeu capital pour la population française. C’est un sujet à ne pas prendre à la légère, compte tenu de son utilisation dans la vie au quotidien. Ainsi, les clients des sociétés d’assurance y accordent une attention particulière, en plus d’être enclins à accepter toutes les améliorations possibles.
Dans cette optique, les assurés accueillent la loi Hamon à bras ouvert. Étant conçus pour faciliter leur quotidien et améliorer leur mode de vie, les Français ne peuvent qu’être redevables à ces nouveaux décrets et l’utiliser à bon escient.
Et effectivement, elle n’est point surexploitée et son utilisation reste modéré. Cet usage raisonnable démontre le sérieux avec lequel la population aborde ce sujet.  
Cette loi sur la consommation est incontestablement une grande avancée pour le domaine de l’assurance, et malgré un avis positif sur ces fonctions, son utilisation reste raisonnée.

 

Partager sur: