Assurance prêt immobilier avec une maladie auto immune

     Mis à jour le

Les maladies auto-immunes sont généralement considérées par les assurances de prêt immobilier comme maladie à risque aggravé. Cela peut pousser les assurances à réclamer une surprime ou pratiquer des exclusions dans les différentes garanties qu’elles proposent. 

Qu’est-ce qu’une maladie auto-immune ?

Une maladie auto-immune est une pathologie au cours de laquelle le système immunitaire agresse elle-même ses propres constituants. En général, le système immunitaire est conçu pour respecter les cellules de l’organisme. Lorsqu’il s’agit d’une maladie auto-immune alors le système immunitaire se retourne contre ses propres constituants en les considérant comme étrangères. Cela créera une réaction inflammatoire. 

Les maladies auto-immune sont nombreuses, parmi lesquelles on peut retrouver : les diabète de type 1, les symptômes d’une thyroïdite, le lupus, les maladies du crohn, polyarthrite rhumatoïde, psoriasis, la maladie de biermer, le rectocolite hémorragique, la névrite optique. 

Les symptômes de la maladie auto-immune, dépendent très souvent de celle induite par le dysfonctionnement, elle est souvent caractérisé par : de la douleur localisée, des rougeurs, des gonflements. Il est encore inconnu des scientifiques pourquoi le système immunitaire attaque de cette manière l’organisme. Certains facteurs de cause ont cependant été identifier :

  • Lorsque dans une famille le père, la mère ou les frères et sœurs présentent des maladie auto-immune alors on peut soit même être sujet à cette maladie.
  • Les femmes quant à elles, notamment les femmes en âge de procréer sont beaucoup plus affectées par ces maladies comparativement aux hommes. En effet, les hormones sexuelles jouent un rôle important. 
  • Les facteurs environnementaux sont également la cause des maladies auto-immunes, les virus, les rayons ultraviolets, et également certains médicaments. 

Cependant on ne guérit pas vraiment d’une maladie auto-immune, mais les traitements disponibles permettent de réduire en effet ou de supprimer parfois les symptômes. Il est recommandé toutefois de suivre un traitement à vie.

Est-il possible d’avoir un refus d’assurance prêt immobilier avec une maladie auto-immune ?

Les maladies auto-immunes sont souvent la conséquence d’un dysfonctionnement du système immunitaire. Lors de la demande d’assurance pour prêt immobilier, le malade sera soumis à un questionnaire de santé dans lequel il doit préciser s’il souffre d’une maladie auto-immune. Généralement, cette déclaration amène l’assureur à proposer des examens médicaux complémentaires.

Suite aux résultats de ces examens, il lui conviendra de proposer les conséquences qu’il souhaite appliquer sur le contrat d’assurance de prêt. Cependant, une maladie auto-immune étant considérée comme un risque aggravé par rapport à un emprunteur classique, l’assuré aura surement à supporter une surprime ou des exclusions de garanties.

L’assureur pourra aussi notifier d’un refus d’assurance de prêt immobilier lorsqu’il juge trop élevé le risque que comporte votre pathologie. Il est donc important dans ce cas de mettre en jeu la concurrence qui peuvent proposer des contrats très différents et trouver une alternative lorsque le client reçoit un refus. 

Que faut-il préciser sur le questionnaire de santé ?

Lorsque dans le remplissage du questionnaire de santé, le client déclare une maladie auto-immune, alors le médecin de la compagnie d’assurance prêt immobilier aimerait savoir un peu plus et posera des questions. Il faudra donc indiquer le nom de la pathologie, en joignant au dossier le compte rendu de la consultation chez le spécialiste qui a posé le diagnostic, suivi d’un certificat médical récent qui mentionne l’état de santé actuel du client. 

Lorsque en remplissant sa question de santé le client déclare être sujet à une maladie de Behçet qui est une maladie auto-immune alors le médecin conseil aura besoin d’information supplémentaire pour pouvoir tarifer l’emprunt. Il est donc nécessaire de savoir quel est le début de la pathologie, le nombre de crises d’aphtose buccale par an, et aussi si l’atteinte ophtalmologique est bien jugulée. Préciser également si le patient possède des atteintes en dehors des sphères oculaire et buccale.

Il est donc conseillé de joindre au questionnaire de santé les derniers bilans ophtalmologiques et biologiques à l'assurance prêt immobilier, également le dernier courrier du médecin interniste qui vous soigne pour cette pathologie et indique aussi le traitement suivi. Au moment de remplir le questionnaire de santé, lorsque le client déclare être sujet à une thyroïdite qui est aussi une pathologie auto-immune, le médecin chargé d' évaluation médical voudrais donc savoir un peu plus et se chargera de vous interroger pour en savoir plus.

Il est nécessaire de lui indiquer quel type thyroïdite le futur assuré est sujet, que ce soit : de Hashimoto, de Quervain, du post-partum ou encore cordarone, lithium et aussi de joindre le dernier bilan biologique thyroïdien et éventuellement d’un traitement en cours.

Lorsque le futur assuré est sujet d’une myasthénie qui fait partie de la catégorie des maladies auto-immune, il est donc obligatoire de préciser s’il s’agit d’une myasthénie non traitée, ou encore nécessitant un traitement par Mestinon ou des immunosuppresseurs ou par prostigmine, et donc de le signaler. 

Comparez les meilleures assurance prêt immobilier auto immune

Lors de la souscription à l’assurance de prêt immobilier, la banque peut se charger de proposer au client souffrant de maladie auto-immune la souscription à l’assurance qu’elle propose, mais hélas il est à remarquer que cette assurance est de loin la meilleur des garanties que peut offrir une assurance, elle n’est ni personnalisé, ni avantageuse.

Afin de trouver la meilleur offre adapté à ses exigence le client souffrant d’une maladie auto-immune devra se diriger vers un comparateur d’assurance comme celui de compareil.fr afin d’obtenir un ou plusieurs contrat seulement en remplissant un formulaire comprenant des questions basique sur la nature, le montant, les mensualités de votre prêt, ainsi que sur la pathologie que souffre le futur assuré. 

Partager sur: